Activités

Le Forum sur les droits et les besoins des femmes de Côte d'Ivoire en matière d'information : les acteurs adoptent le projet de l'Institut Panos Afrique de l'Ouest. 6 et 7 février 2014


« La femme subi la tradition qui impose la domination de l’homme »

« …Ce sont les traditions et les coutumes qui fondent les inégalités et disparités très importantes entre les hommes et les femmes en Côte d’Ivoire » soutiendra d’emblée Madame Christine Bitty-Kouyaté, en introduisant la discussion sur la « situation des droits de la femme en Côte d’Ivoire, à l’ouverture du forum qui a réuni pendant 2  jours à Abidjan journalistes, représentants des organisations professionnelles, de la sociétén civile et du gouvernement à l’initiative de l’Institut Panos Afrique de l’Ouest

Nos coutumes et nos traditions empêchent même l’application des dispositions pertinentes de la Constitution, des lois ainsi que des nombreuses conventions internationales dont ce pays est signataire et qui garantissent l’égalité en droit des hommes et des femmes ajoutera la directrice de WILDAF Côte d’Ivoire (Femmes, Droits et Développement).

C’est  cela qui est à la base des graves violations de leurs droits au cours du conflit qui a déchiré la Côte d’Ivoire au cours des dix années du conflit ajoutera Dr Kodjo Marie Paule, Présidente de la Coordination des Femmes de Côte d’Ivoire pour la Réconciliation et la Paix (COFEMCI REPC).

Le forum conviendra que malgré la gravité des homicides dont elles ont été victimes « (meurtres, tueries massives,  Viols, trafics et exploitations sexuelles,  prostitutions forcées, mutilations génitales…coups et blessures… »,  les femmes restent « oubliées» dans la situation post-conflit dans le pays.

 La démonstration sera faite que les médias ne répondent nullement encore aux besoins d’information et de communication des femmes en cette phase de réconciliation nationale

La journaliste Agnés Kraidy démontrera ainsi, à partir d’une étude de contenu de Fraternité Matin que, «  les femmes ne sont pas prises en compte comme consommatrices de contenu informationnel » par le quotidien national Elles ne représentent que 15% à 20% des sujets d’information et seulement 10% à 15 % des sources d’information du journal . D’ailleurs les femmes ne représentent que 18% de ses lecteurs.

Le constat est le même à la radio  et à la télévision feront remarquer plusieurs intervenants

Sur 120 radios communautaires, seules  sont dirigées par des femmes.

Les  raisons de cet état de fait ont été clairement diagnostiquées : faible représentativité des femmes journalistes : 86 sur 490 au niveau national,  considérations commerciales des éditeurs qui s’adressent prioritairement aux hommes qui constituent 80% des lecteurs des journaux et les auditeurs privilégiés des radios, agenda politique des médias, déficit de professionnalisme, manque de prise de parole de la part des associations de femmes et de la société civile notamment.

Même déficit de représentation des femmes au niveau institutionnel au plan national .

Sur les 29 ministres du gouvernement, on ne compte que  femmes.

9 femmes parmi 30 responsables régionaux.

 Dés lors, comment promouvoir les droits et les voix des femmes ?

Des recommandations précises ont été formulées à l’endroit des différents acteurs concernés que sont les femmes journalistes, les journalistes, les organes de presse, les organisations professionnelles de journalistes, les organes d’autorégulation, les organisations de femmes le gouvernement de Côte d’Ivoire

Elles consistent notamment à 

- Redynamiser l’association des femmes journalistes de côte d’Ivoire .

- Former les journalistes sur les questions de sexo-spécificité et de genre.

-Tenir un répertoire des compétences  féminines pour les solliciter comme sources d’information

- Partager les bonnes pratiques dans les politiques éditoriales, rédactionnelles pour la promotion des droits, voix et images des femmes dans les médias.

-Intégrer les besoins des femmes en information dans les stratégies éditoriales et évaluer leurs impacts.

-Encourager  à plus d’équité dans la composition des équipes dirigeantes

-Réviser le code de déontologie de la profession de journaliste en prenant en compte les dispositions contenues dans la déclaration universelle des droits de l’Homme et le genre

-Elaborer en partenariat avec les organisations professionnelles une charte pour la protection de l’image de la femme dans les médias

-Développer un plaidoyer auprès des patrons de presse pour la prise en compte des droits des femmes.

En conclusion de l’Atelier, Madame Diana Senghor, la directrice de l’Institut Panos Afrique de l’Ouest indiquera que les recommandations du Forum valident les hypothèses du projet « Promouvoir pendant la période post conflit un environnement médiatique plus favorable aux droits des femmes à l’information et à la communication en Côte d’Ivoire » dont le forum était la première manifestation.

Ce projet  qui est financé par l’UNESCO, CFI  et DANIDA les mettra donc en œuvre

Auparavant, M. Yao Ido, Représentant de l’UNESCO au bureau d’Abidjan avait annoncé que la 37eme session de la Conférence de l’UNESCO avait instruit ses membres de renforcer les médias libres et de promouvoir l’accès de tous à l’information, dans l’égalité entre les sexes.

Le programme d’activité de l’UNESCO pour la période 2014-2017 porte une attention particulière à la créativité féminine, pour combattre les  représentations stéréotypées des femmes dans les médias et faciliter l’accès des femmes à l’information

Pour sa part le Bureau d’Abidjan à déjà traduit la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dans plusieurs langues de Côte d’Ivoire  pour servir de support à  l’alphabétisation des femmes et serve d’outil d’information aux radios

En outre, l’UNESCO a engagé des discussions en vue de l’établissement d’une chaire UNESCO à l’Université pour former les journalistes sur l’éthique.

Le forum a donc bien posé les jalons du projet « Promouvoir pendant la période post conflit un environnement médiatique plus favorable aux droits des femmes à l’information et à la communication en Côte d’Ivoire »