Activités

Produire des Témoignages Oraux sur la migration au Niger


Huit journalistes nigériens donnent la voix aux citoyens

Venus d’Agadez, et de Zinder les huit producteurs des quatre radios  sélectionnées pour participer à la formation à la méthodologie du Témoignage Oral seront en mission pour leurs populations après la semaine de formation qui a débuté ce matin à Niamey.

Le Niger est à la fois un pays d'accueil, de départ mais surtout de transit des migrants. La traversée du désert vers les pays européens est accompagnée par l’émergence d’une nouvelle criminalité. Les réseaux qui gravitent autour des circuits irréguliers drainent d’importantes mannes financières qui entretiennent plusieurs acteurs. Mais ils exposent également les candidats à toute sorte de violations de leurs droits dans les pays de transit au risque de leur vie.

Toutes ces questions sont peu traitées dans les médias et la parole est rarement donnée aux vrais concernés. L’évolution du paysage médiatique nigérien n’a pas empêché certaines pratiques, peu professionnelles, de faire incursion dans la production de l’information générale, et des questions migratoires, en particulier.  Les stéréotypes sont reproduits et la stigmatisation est quasi permanente, au risque de faire des migrants des criminels.

Dans ce contexte, les voix des migrants sont rarement entendues à cause de leur faible accès aux médias traditionnels. Ils ne disposent réellement pas de canaux de communication appropriés pour porter leur point de vue dans le débat public autour de cette réalité dont ils sont les premiers concernés.

Traiter des questions migratoires en permettant aux acteurs, les familles des migrants et les migrants eux-mêmes d’être le centre d’intérêt de ce phénomène, plus que des faits d’actualité qui relancent épisodiquement les faits migratoires, c’est l’un des paris que se donne le projet « Reporters des frontières-Vers un réseau africain de journalistes, professionnels et citoyens, spécialisés sur les questions migratoires ».

Après Dakar et Abidjan, Niamey est la troisième capitale qui accueille cette session de renforcement de capacités cette année. Dans les faits, cette formation favorise le partage d’expériences entre les médias sur les questions pertinentes des migrations au Niger.  Elle offre une opportunité d’initier les médias à la méthodologie du témoignage oral, de renforcer leurs capacités à établir des liens entre ces témoignages et les enjeux liés aux migrations au Niger. Ces acquis permettront enfin aux producteurs d’utiliser des témoignages pour produire des contenus médiatiques mettant l’accent sur les préoccupations exprimées, en relation avec les enjeux et les impacts des migrations.  

La première journée de cette formation qui retrace les aspects importants de la thématique migratoire est assurée par Albert Chaïbou de Alternative Espace Citoyen du Niger. La formation méthodologique proprement dite est assurée par Hyppolite DOSSOU YOVO, expert formateur et Chargé de Projets à l’Institut Panos Afrique de l’Ouest.

Une campagne de production de trois mois suivra cette formation. Chaque radio produira au moins 6 émissions sur la base des témoignages oraux et sur les thématiques développées autour de la question migratoire.

L’IPAO procédera à la mise en ligne des productions sur la plateforme multimédia www.panos-multimedia.org

Le projet est financé par l’Union Européenne.

Personne contact : Amina Niandou aniandou@panos-ao.org