Activités

Le journalisme parlementaire : Un oeil sur la gouvernance


Les femmes dans la gouvernance en Côte d’Ivoire

02 Juin 2014

Le faible écho de l’action parlementaire constitue en Afrique de l’Ouest un handicap pour le suivi des élus et du déroulement de leur mandat au profit des populations qui les ont choisis. Les médias représentent insuffisamment la vie parlementaire. Cela engendre comme conséquence un faible suivi de la part des citoyens, un déficit d’information sur les processus parlementaires en cours, une absence de prise en compte des questions essentielles pour les citoyens, etc.

L’Assemblée nationale renvoie d’office l’image d’une institution à l’utilité mitigée et le désintérêt de l’action parlementaire entraine à son tour des entraves à la bonne gouvernance.

Les médias ont alors un rôle à jouer pour que les institutions participent à la gouvernance nationale avec un sentiment profond de service au peuple.

Contrairement aux idées reçues, l’information parlementaire ne devrait pas se limiter à un compte rendu régulier du calendrier parlementaire, mais devrait plutôt se conformer à une logique événementielle centrée autour de normes conformes à des standards professionnels (classification de l’information en genres journalistiques : reportage, compte rendu, enquête, interview, etc.). Contrairement à cela, l’orientation rédactionnelle choisie par la plupart des médias polarise l’attention sur les situations d’adversité politique de la vie parlementaire.

Dans la pratique, peu de mentions sont faites sur le processus d’adoption des lois, ou encore la préparation du vote du budget national, encore moins de la prise en charge des préoccupations des femmes dans les processus législatifs. Comment améliorer la vie des femmes si les journalistes qui couvrent les sessions parlementaires ne veillent pas pour rappeler aux élus leur rôle dans la résolution de ces problèmes ?

L’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO), dans le cadre de la mise en œuvre du projet intitulé «Femmes et médias, partenaires pour une meilleure gouvernance en Afrique de l’Ouest », financé par l’Union Européenne pour une durée de trois ans, a ouvert ce lundi 2 juin 2014 à Abidjan un atelier de formation en journalisme parlementaire. Organisé en partenariat avec l’Union des radios de proximité de Cote d’Ivoire, cet atelier enregistre la participation de 10 journalistes venant de médias mainstream (presse écrite et radio), de radios de proximité basées à Abidjan et de deux médias en ligne. 

Cette formation vise à favoriser une meilleure connaissance du fonctionnement des institutions parlementaires par les journalistes ;  une meilleure connaissance des méthodes et techniques de traitement et production de l’information liée à l’activité des parlements et créer les conditions d’un meilleur accès à l’information parlementaire aux journalistes pour mieux veiller et rendre compte des actions des élus nationaux.

Cet atelier abordera en termes de contenus le fonctionnement des institutions de l’assemblée nationale ; la manière de suivre et informer de la prise en charge des questions de gouvernance par le parlement : notamment sujets liés à la prise en compte des besoins des femmes et des demandes citoyennes. La question de l’accès à l’information parlementaire et ce sur quoi fixer le journaliste devra son attention par rapport aux sujets liés aux demandes citoyennes, en particulier celles concernant les femmes, le traitement de l’information : diversification des styles (reportage, compte rendu, enquête, etc.), de même que les genres les plus appropriés seront abordés par les formateurs.

Personne contact: Libasse HANE. lhane@panos-ao.org