Activités

La justice transitionnelle en débat sur 12 radios locales au Mali


Atelier de lancement du Projet « Médias et justice transitionnelle au Mali »

Du 09 au 12 septembre 2014

Sélectionnées pour leur implantation dans des zones ayant été durement touchées par le conflit au Mali, des journalistes de 12 radios locales du Mali, particulièrement celles du Nord participent à une session de formation aux techniques d’animation de débats sur la question sensible de la justice transitionnelle. Pendant quatre jours, grâce à un projet mis en œuvre par l’Institut Panos Afrique de l’Ouest, ils se familiariseront avec cette nouvelle thématique et aux modalités d’animation de débats critiques sur la question.

Après une période sombre de son histoire suite à la rébellion de groupes islamistes au nord, marquée par des exactions et violations de toutes sortes, le Mali traverse depuis les élections présidentielles, une phase de transition avec une volonté affirmée de penser les plaies et de réconcilier les maliens. Pourtant, la réconciliation nationale suppose que justice soit rendue aux victimes des violations des droits de l’homme pendant la phase aigüe du conflit.

Pour ce faire, le Mali doit appliquer une justice transitionnelle qui consiste « en mesures judiciaires et non judiciaires, mises en œuvre pour redresser les conséquences des violations des droits de l’homme », à l’image des expériences déroulées dans plusieurs pays africains tels que l’Afrique du Sud post-apartheid ; la Sierra-Leone, après la guerre civile ; le Togo, après les troubles électoraux et la Côte d’Ivoire.

Seulement, le dispositif visant à mettre en œuvre la justice transitionnelle ne semble pas encore tout à fait clair au niveau des décideurs. Au niveau des citoyens ordinaires, la notion même est parfois inconnue et mal comprise, exposée au rejet des groupes avides de revanche aveugle, même si une Commission Vérité Justice et Réconciliation a été mise en place.

Les médias constituent des acteurs décisifs, à la fois a) pour faire comprendre aux citoyens ce qu’est la justice transitionnelle ; b) pour contribuer à mieux faire reconnaître les droits des victimes et faire entendre leurs voix, ainsi que celles qui plaident en faveur de la justice transitionnelle ; c) pour accélérer la mise en œuvre par les autorités, d’un dispositif de justice transitionnelle demandé par différentes organisations de la société civile. Mais, à l’image des citoyens ils ne disposent pas de suffisamment de compétences pouvant leur permettre d’ouvrir un débat sur la question. D’où la nécessité de renforcer leurs capacités thématiques (justice transitionnelle) et techniques en animation de débats et réalisation de magazines pour leur permettre d’ouvrir le débat sur la question et de l’approfondir.

La matinée de la première journée est consacrée au lancement officiel du projet en présence des autorités et des acteurs intéressés par ces questions. Ensuite viendra une partie thématique de deux jours et une partie technique consacrée à l’animation de débats.

12 journalistes venant de radios locales dont 4 du district de Bamako et 8 venant de Kidal,  Gao, Tombouctou et Mopti seront formées sur la thématique et sur comment préparer et organiser les débats.

Une campagne de production de débats sera organisée pendant 3 mois et chaque radio produira 3 débats soit 36 productions au total.

Ce projet est financé par Trustafrica et prévoit aussi de former les journalistes des médias mainstream au journalisme d’investigation, ainsi que les organisations de la société civile aux médias sociaux.

Libasse HANE, tel : 77 545 42 97 lhane@panos-ao.org